Trois récits autour d’archives des programmes ballons

Les archives spatiales qui sont la source d’inspiration des artistes de Nuit Blanche nourrissent également la construction de trois récits qui témoignent des débuts de l’activité ballon dans les années 1960 en France et que le public pourra découvrir au sein de l’exposition Transition.

Robert Régipa : d’une aventure individuelle à un projet collectif

En 1961, le capitaine de l’armée de l’air Robert Régipa, ingénieur mécanicien, affecté au Service d’Aéronomie du CNRS est formé durant 4 mois à la physique de l’Espace avant d’être envoyé en mission aux Etats-Unis à l’Université du Minnesota où il assiste au lancement d’un ballon. A son retour en France, il s’attache à développer d’une part un atelier de fabrication de ballons dans lequel sa famille jouera un rôle très actif et d’autre part, déployant une grande inventivité, à mettre au point de nouvelles formes de ballons pour satisfaire les besoins de la communauté scientifique spatiale.


ballon tetraedrique
Croquis du ballon tétraédrique
Robert Régipa 1961
Collection particulière Toulouse



Aire-sur-l’Adour : naissance d’une base spatiale

Pour répondre à la recherche d’un site de lâcher de ballons qui soit éloigné des grandes agglomérations, l’Armée de l’air suggère la zone située à côté du petit aérodrome d’Aire-sur-l’Adour. Dès l’été 1962, cinq vols de ballon y sont réalisés dont quatre couronnés de succès. Le 27 avril 1963, le conseil d’administration du CNES autorise le Président du CNES à signer un bail emphytéotique de 1 franc par an pour l’installation du Centre de lancement des ballons d’Aire-sur-l’Adour dont l’inauguration officielle par le ministre Gaston Palewski a lieu le 12 septembre 1964. Le site est doté de toutes les composantes nécessaires à la conduite des opérations : station météorologique, mur anti-vent, salles d’intégration, moyens de poursuite, …


Batiment ballons de Aire sur l'Adour
Mur anti-vent du Centre de Lancement de Ballons d’Aire-sur-l’Adour (CLBA)
Années 1960
© CNES


Eole : un programme qui associe ballons et satellite
Imaginé dans les années 1960, fruit d’une coopération entre le CNES et la NASA, le projet Eole avait pour objectif d’améliorer les prédictions des perturbations météorologiques de grande échelle. Son originalité était d’associer un satellite de localisation et de recueil des données avec près de 500 ballons surpressurisés dérivant au gré des vents, à une altitude de 12 000 mètres environ, équipés de capteurs de mesures météorologiques et de balises de liaison avec le satellite. Les données étaient stockées dans la mémoire du satellite avant d’être retransmises à des stations de réception lorsqu’il passait au-dessus d’elles.

Ballon-nacelle Eole
Ensemble ballon-nacelle Eole en cours d’ascension
à partir du site de Lago Fegnano (Argentine)

© CNES



Visuel Nuit Blanche 2017