Portrait de Keen Souhlal

 

Keen Souhlal : nouvelle résidente hors les murs 2020

L’artiste Keen Souhlal a été choisie pour être la nouvelle résidente hors les murs et intégrera en 2020 la résidence de recherche de l’Observatoire de l’Espace.

Après des études à l’École Nationale des Beaux-Arts à Paris, Keen Souhlal s’expatrie en Islande, au Groenland puis au Québec et complète sa formation par un CAP en marqueterie à l’école Boulle. Elle utilise le bois, la céramique, la photographie, le dessin ou encore la sculpture. Cet éclectisme de médiums lui permet d’envisager la nature selon une grande diversité de points de vue et de procédures. L’objet de réflexion de l’artiste est l’élément brut, extrait de son environnement naturel. L’artiste croise les matériaux, les formes et les techniques pour des rendus à la fois bruts, sensibles et délicats qui révèlent les tensions entre force et fragilité. Influencée par l’Arte Povera des années 1960, elle accorde une place majeure à la provenance originelle du matériau pour se l’approprier à travers différentes techniques et en faire un objet unique : un procédé artistique qui se rapproche de l’empirisme scientifique par certains aspects. Dans le cadre de sa résidence à l’Observatoire de l’Espace, Keen Souhlal s’intéressera à certains matériaux entrant dans la constitution des objets spatiaux (véhicules et instruments), plus particulièrement au textile et à la céramique. Elle étudiera leurs aspects et leurs usages. Lors d’une première phase expérimentale, elle consultera le fonds d’archives du CNES pour en tirer des observations et ainsi créer sa « matériologie de l’Espace ». L’artiste s’appropriera ensuite ce matériau brut par la réalisation d’un grand ensemble de formes sculpturales prenant la forme d’objets flottants .